Ettelbruck, une commune pleine d’atouts
5 (100%) 1 vote

Située au centre du Grand-Duché, Ettelbruck est une commune attractive à bien des égards. Sport, culture, emploi, mobilité,… La ville offre à ses résidents des ressources dans de multiples domaines.  

Mairie de Ettelbruck

Commune la plus peuplée du canton de Diekirch, Ettelbruck rassemble 8.824 habitants (chiffres au 1er janvier 2017) sur son territoire de 15 km2, composé de la ville d’Ettelbruck, de la localité de Warken et du hameau de Grentzingen. Dans cette commune où se côtoient près de 80 nationalités – dont principalement des Luxembourgeois (51%) et des Portugais (27%) –, la population augmente de manière régulière et relativement importante. « Ces 15 dernières années, nous avons enregistré une hausse de plus de 1.000 habitants, commente Jean-Paul Schaaf, bourgmestre d’Ettelbruck. Et nous pensons que cette population va continuer à grandir, à l’image de ce qui se déroule un peu partout dans le pays. »

Pour accompagner cette croissance démographique, la commune a mis sur pied des projets urbanistiques et immobiliers de grande envergure. D’ici cinq à dix ans, 453 nouvelles unités de logements sortiront de terre. « Nous veillons à développer des logements de tailles variables, en veillant à ce que chaque habitation présente un espace suffisant. Nous souhaitons proposer à nos résidents un habitat durable et de qualité. Dans cette optique, les maisons unifamiliales sont privilégiées là où le terrain le permet. Elles représentent 159 logements sur les 453 prévus », assure le maire. Le quartier de la gare, quant à lui, regroupera une centaine de logements supplémentaires.

Voir les annonces immobilières à Ettebruck

Une position stratégique

Le réaménagement de la gare d’Ettelbruck constitue l’un des projets-phares de la commune. Au-delà de la création de nouvelles unités de logements, c’est tout un concept urbanistique qui est ici imaginé. L’ensemble de la gare ferroviaire – la seconde du pays en termes de voyageurs – et ses abords sont repensés afin de mêler harmonieusement mobilité douce, voiture, bus et train, en assurant la meilleure complémentarité entre ces différents modes de transport. A terme, un bâtiment P&R, avec 430 emplacements de parking, sera relié à la gare CFL et à la gare de bus. « Ettelbruck occupe une position centrale. A partir de la ville, on peut facilement rejoindre le sud, le nord, l’est ou l’ouest du pays. Elle accueille donc chaque jour un grand nombre de personne transitant par de nœud de communication, explique Jean-Paul Schaaf. C’est dans ce cadre que s’inscrit la refonte du quartier de la gare. » L’ouverture de l’autoroute du Nord, en septembre 2015, a permis de faciliter les déplacements de et vers Ettelbruck et de renforcer son attractivité, aux yeux des travailleurs et des visiteurs d’un jour, adeptes de shopping.

Ettelbruck Statue

Depuis le XVIIème siècle, Ettelbruck possède en effet une forte tradition commerçante. Grâce à ses 280 commerces installés notamment dans la zone piétonne de la ville, mais aussi aux secteurs médical et scolaire fortement développés, la commune offre de nombreuses possibilités d’emploi. Ainsi, « 24% de la population salariée de la commune travaille à Ettelbruck même, 16% sur le territoire de la Nordstad, 40% à Luxembourg-Ville ou aux alentours », précise le bourgmestre.

Des équipements au top

Ville importante du nord du pays, Ettelbruck dispose d’infrastructures de qualité. Chaque jour, crèches, foyers de jour et maison-relais prennent en charge de nombreux enfants de la commune. Elle attire également plus de 3.000 élèves dans les quatre lycées, le Centre de Formation Professionnel Continue (CNFPC) ou bien encore le Centre d’Education Différenciée implantés dans la ville. Quelque 800 élèves rejoignent quant à eux les bancs de l’école fondamentale. Mais à l’instar du logement, les demandes en matière d’équipements se font petit à petit ressentir. Une nouvelle maison-relais, pouvant accueillir 500 enfants, devrait donc voir le jour en janvier 2018. Parallèlement, l’école fondamentale va  être rénovée et agrandie.

Ettelbruck batiments

D’un point de vue culturel aussi, Ettelbruck a de quoi séduire. Le Conservatoire de Musique du Nord, créé avec la commune de Diekirch, dispense des cours de musique et d’instruments, de danse, d’arts de la parole et de chant à 1.453 élèves de la région. C’est  le second établissement du genre à l’échelle nationale, après Luxembourg-Ville. Le Centre des Arts Pluriels d’Ettelbruck (CAPE) organise de son côté une centaine de manifestations culturelles et artistiques chaque année, participant ainsi activement à la vie quotidienne de la commune.  

Enfin, grâce à ses 22 clubs et à ses infrastructures de pointe, Ettelbruck propose une large palette d’activités sportives : football, athlétisme, badminton, basket, escalade, gymnastique, judo, squash, tennis, tennis de table, tir à l’arc,… Un skatepark, un terrain pour aéromodélistes, une piste de pétanque et des aires de jeux viennent compléter l’offre en la matière. « Nous avons également investi dans le centre aquatique « Nordpool » de Colmar-Berg, à l’instar d’autres communes avoisinantes », ajoute Jean-Paul Schaaf.

Développer la région Nord

Car au-delà de son territoire communal, Ettelbruck, en tant que membre de la Nordstad, est fortement impliquée dans le développement de sa région. « La Nordstad est une coopération qui gagne en vitesse et en attrait », estime le bourgmestre. Parmi les grands projets de la plateforme, citons la création de la zone industrielle de Fridhaff, aujourd’hui en phase de finalisation. Elle devrait bientôt regrouper 42 secteurs d’activité. Parallèlement, c’est tout l’axe urbain entre Ettelbruck et Diekirch qui va être revu, tant du point de vue des transports que des services. Autant d’initiatives qui devraient encore constituer un atout supplémentaire pour la commune et tout le Nord du Grand-Duché. « Malgré une population moins importante, nous proposons à nos habitants une offre complète dans tous les domaines, comparable à ce qui existe au sud du pays. C’est donc une chance mais aussi un défi de tout faire pour préserver cet attrait », conclut le Jean-Paul Schaaf.