La maison nomade : être chez soi partout
4 (80%) 13 votes

Elles s’appellent Coodo, Woody ou Tiny-house et révolutionnent l’habitat. À une époque où les technologies nous permettent de nous libérer de nos liens, les habitations nomades apportent une solution à notre envie d’évasion. Focus sur ce qui sera peut-être la norme immobilière de demain : la maison nomade.

L’évolution de la maison nomade

Partir sur les routes avec sa maison, un rêve que certains ont touché du doigt. En roulotte ou avec sa version plus évoluée, le camping-car, la maison nomade offrait jusqu’alors peu de confort. C’est en 1999 aux États-Unis qu’est née la première Tiny-House, une maison tout en bois, construite sur un châssis roulant. L’idée générale est de proposer un logement répondant aux besoins réels de l’habitant et surtout, simple à déplacer.

Si les premiers modèles offraient un confort plutôt spartiate, les maisons nomades de nouvelle génération comme la Coodo n’ont rien à envier au design ou à la fonctionnalité des constructions traditionnelles. Loin des codes écolos des maisons nomades conçues jusqu’à présent, elles offrent de grandes baies vitrées, un vaste séjour, une cuisine digne des plus beaux appartements et peuvent être montées sur pilotis ou sur un plancher flottant. Leur système de modules à assembler permet un niveau de personnalisation extrêmement poussé.

Crédit photo: Coodo

Un habitat minimaliste, mais optimisé

Le défi des constructeurs ou des particuliers qui se lancent dans la création d’un habitat nomade est de faire tenir dans une surface de 15 à 20 m³ tout le nécessaire pour y vivre au quotidien. Coffres de rangement cachés sous les planchers, lit à replier, mezzanine chaque cm² doit être optimisé.

Se sentir libre …de ne pas bouger

Étrangement, les candidats qui optent pour la maison nomade n’ont pas tous des envies de voyage. D’ailleurs, la première réalisation du constructeur normand de Tiny House a été vendue à une dame âgée qui a trouvé dans ce concept un moyen de conserver son autonomie. Seuls ou en couple, les adeptes de la maison nomade y voient un retour à l’essentiel. Posséder sa maison sans être lié à un terrain fixe leur semble une jolie façon de construire un foyer.

Ce qu’il faut savoir, c’est que bien que leur nom porte l’appellation de « nomade », ces maisons ne sont pas faites pour être déplacées constamment. En moyenne, un propriétaire de Tiny House déplacerait son logement une à deux fois par an. Si la plupart sont équipées de panneaux solaires, à défaut d’un voisin généreux, l’accès à l’eau potable reste un problème.