Le real estate porn, la tendance qui monte
4.7 (94%) 10 votes

Vous êtes 83%* à être adepte du real estate porn, cette addiction aux biens immobiliers au-dessus de nos moyens. S’inspirer, rêver ou s’échapper du quotidien et de la réalité, les raisons sont nombreuses pour s’adonner à cette passion. Lors de notre sondage, nous vous avons demandé de nous en dire plus sur cette passion pas comme les autres. Rencontre avec les accros des annonces immobilières !

Les rêveurs

Cette catégorie s’autorise à voyager le temps d’une annonce : « À défaut de partir en vacances, je me prends à rêver devant des maisons sublimes. » « Je fantasme sur ce que ça ferait d’habiter dans une maison à plusieurs millions, j’imagine mon quotidien là-bas pour me déconnecter de la réalité pas toujours très rose. »

Les ambitieux

Ces amateurs du real estate porn utilisent ce hobby comme source de motivation : « C’est déprimant à regarder lorsqu’on vit dans un petit appartement, mais ça me motive en même temps car je veux acheter l’une de ces maisons un jour. »

Les décorateurs

Ces fans de design s’inspirent pour l’aménagement de leurs propres logements, actuels ou futurs : « Pour moi, c’est comme un tableau Pinterest : je prend les meilleures idées et j’aime le côté concret : une couleur que je n’aimais pas trop rend finalement très bien. » « Je ne peux pas acheter la maison, mais je m’offre certains éléments de déco repérés dedans. »

Les juges

Pour certains, le real estate porn se traduit dans l’addiction aux maisons… qui ne sont pas à leur goût : « J’ai un groupe avec des amis où nous nous envoyons les décos les plus moches, ou les constructions les plus improbables. Critiquer des maisons à 2 millions, c’est peut-être pas très sympa, mais ça nous aide à nous rassurer en se disant que le bon goût ne s’achète pas. »

Du click innocent sur une annonce à la visite du bien en passant par l’activation des alertes sur votre site immobilier préféré, à quel point êtes-vous accro au real estate porn ?

 

*Sondage du 16 février sur la page Instagram d’atHome