Mersch, des projets plein la tête
4.2 (83.33%) 6 votes

Bénéficiant d’une position centrale dans le pays, au cœur de la vallée de l’Alzette, la commune de Mersch attire toujours plus de résidents. Pour répondre à cet enjeu démographique, de nombreux projets sont à l’étude et en cours de réalisation sur son territoire.

Encore majoritairement dépendante de l’agriculture jusqu’au milieu des années 1990, la commune de Mersch s’est, au cours de ces 25 dernières années, fortement développée dans d’autres secteurs et a renforcé son attractivité. Ainsi, alors qu’elle accueillait 6 900 habitants en 1999, elle en compte aujourd’hui plus de 9 600, soit une progression de près de 40 % en vingt ans. Mersch, Rollingen et Beringen, avec respectivement 4 703, 2 087 et 1 027 résidents, concentrent la majorité de la population. Les entités d’Essingen, Moesdorf, Pettingen, Reckange et Schoenfels complètent la composition de cette commune au sein de laquelle près de 100 nationalités se côtoient.

Une situation idéale

L’importante croissance démographique de Mersch s’explique notamment par sa situation. La commune abrite le centre géographique du pays, ce qui en fait un point névralgique pour les ménages, mais également pour les entreprises qui veulent s’installer au Luxembourg. « Depuis l’ouverture de l’autoroute du Nord, la commune a vu sa population bondir, explique le bourgmestre Michel Malherbe. La capitale est désormais accessible en une vingtaine de minutes par la route. Dans l’autre sens, on peut se rendre à Clervaux en 40 minutes. Mersch est aussi très bien desservie par les trains et les autobus, à travers sa gare ferroviaire et routière. Depuis l’ouverture de la gare de Pfaffenthal, le Kirchberg peut être rejoint en 10-20 minutes. »

Si l’attractivité de la commune s’est vue renforcée au cours des dernières années, ses prix de l’immobilier aussi. « Le prix des terrains a flambé, souligne Michel Malherbe. Aujourd’hui, on avoisine les 100 000 euros l’are. » Ces montants exorbitants n’empêchent pas le développement de nombreux projets sur le territoire de la commune.

Le boom des logements

Le chantier le plus important concerne le développement et la modernisation du quartier de la gare, à l’étude depuis 2009. « L’objectif est de réaménager l’ensemble des friches agro-industrielles et leurs alentours, soit une superficie de quelque 50 hectares appartenant à Nouvelle Luxlait Produits S.à r.l ainsi qu’à l’État, au promoteur Giorgetti et au groupe CEPAL, regroupés sous la société Rives de l’Alzette », indique André Kaluza, chef du Service Technique de la commune. Un projet ambitieux qui doit, à terme, voir sortir de terre 1 000 logements, mais également des commerces, des bureaux, des bâtiments administratifs ainsi qu’un parking P+R sur cinq niveaux, doté de 400 emplacements pour les véhicules des voyageurs qui empruntent le train ou le bus.

Le nouveau quartier pourra ainsi accueillir plus de 2 000 personnes supplémentaires au cours des quinze prochaines années. « Actuellement, le projet en est encore à ses prémices, souligne André Kaluza. La déconstruction des silos et autres bâtiments a commencé. La modernisation des quais des gares routière et ferroviaire est elle prévue pour 2020. Mais les premiers immeubles de logement ne devraient, eux, pas apparaître avant 2023. »

Sur l’ancien site de l’imprimerie Faber, tombée en faillite, a été déployé un plan d’aménagement particulier (PAP) de 110 logements dont la construction devrait démarrer dès l’an prochain. Un autre PAP est quant a lui prévu à la route d’Arlon sur le site CREOS et devrait accueillir un grand lotissement pour 300 nouveaux habitants. La commune soutient aussi des projets caritatifs, dont un développé par les Sœurs Franciscaines et Caritas. « Il s’agit d’une structure de logements pour jeunes qui rencontrent des problèmes familiaux, de logements sociaux pour personnes avec faible revenu et de logements « classiques », explique le bourgmestre. En tout, 72 unités de logement avec parkings sont prévues. »

Grâce aux différentes initiatives menées sur son territoire, la commune de Mersch devrait compter, d’ici cinq ans, 650 unités de logement et 1 400 à 1 500 personnes supplémentaires. Comme l’exige la loi, 10 % des nouveaux logements seront des habitations à bon marché, afin de faciliter l’accès à la propriété.

Des équipements en nombre

L’arrivée prochaine de nouveaux ménages oblige la commune à penser dès à présent au futur. « Nous devons adapter nos infrastructures d’eau et d’électricité, afin de pouvoir alimenter efficacement tous nos habitants, confie Michel Malherbe.
Nous avons déjà octroyé 1,5 million d’euros pour la réalisation d’études approfondies à ce sujet et nous avons décidé d’importants investissements pour la sécurisation de nos infrastructures en eau potable. »

L’augmentation prévue de la population implique aussi de renforcer ou de repenser certaines infrastructures. La commune bénéficie déjà de nombreux équipements. On retrouve ainsi de nombreux commerces et services, dont le centre commercial Topaze, des restaurants, des professionnels de la santé, une maison de retraite. Côté enseignement, Mersch est particulièrement bien lotie. Elle regroupe une école fondamentale, deux maisons-relais, une école de musique, des crèches et garderies, trois lycées. S’y ajoutent des infrastructures culturelles, avec la Maison de la Culture, et sportives, adaptées aux goûts de chacun : terrains de football et de tennis, deux halls omnisports, le camping cinq étoiles Krounebierg ainsi que le centre aquatique Krounebierg équipé de plusieurs bassins et d’un espace bien-être.

Mersch ne compte néanmoins pas s’arrêter là. Un autre grand projet de la commune consiste en effet à délocaliser les actuels terrains de football et le hall sportif qui se situent dans le centre de la ville. « Nous sommes en train de finaliser l’acquisition des terrains afin de déployer un nouveau centre sportif, plus moderne et plus en périphérie, le long de l’autoroute, afin de désencombrer le centre de Mersch et de pouvoir y poursuivre une reconversion des sites, principalement en logement », précise André Kaluza. L’an prochain, une toute nouvelle maison-relais, d’une capacité de 350 enfants, doit ouvrir ses portes. L’école primaire actuelle sera également démolie afin d’édifier un nouveau complexe pouvant accueillir 880 enfants d’ici 2023 et comprenant une école, un hall sportif ainsi qu’une piscine. Enfin, un nouveau centre de conférences doté de salles de réunion et d’une salle des fêtes, devrait être créé afin d’accueillir dans les meilleures conditions les 113 clubs de la commune ainsi que les fédérations ou groupements de l’ensemble du pays qui souhaitent se réunir dans un lieu central.

L’équilibre entre développement et ruralité

Mersch attire des résidents, mais également des entreprises sur son territoire chaque année. La nouvelle zone d’activité régionale, implantée le long de l’autoroute et développée en collaboration avec les communes voisines de Lorentzweiler et Lingten, devrait continuer à soutenir son développement économique.

Profitant de toutes les commodités d’une ville, la commune de Mersch offre néanmoins un environnement agréable à ses résidents. Situé le long de l’Alzette, le parc communal, de 17 hectares, offre de paisibles balades. La commune veille aussi à préserver le caractère spécifique des villages où sont principalement construites des maisons et non des résidences d’appartements. Couvrant une superficie de près de 50 km2, dont plus de 22 sont composés de forêts et 23 de surfaces agricoles, Mersch demeure une commune verdoyante, à la fois rurale et dotée d’un centre urbain.