Emprunter au Luxembourg pour acheter au-delà de la frontière ?
3.7 (73.33%) 6 votes

Vous avez un projet immobilier, mais devez faire un emprunt pour le concrétiser. Que vous soyez français, belge ou allemand, vous pouvez démarcher des banques au Luxembourg.

La loi européenne est claire sur le sujet : les ressortissants de l’Union européenne ont la possibilité de souscrire des crédits dans d’autres pays de l’UE que le leur. Bien sûr, pour un Français ou un Belge, le Luxembourg est à priori une destination privilégiée, pour la proximité mais aussi en raison de la langue commune et de l’appartenance du Grand Duché à la zone euro. Difficile en effet de négocier un prêt lorsque l’on ne parle pas la même langue que son banquier, ou lorsqu’il faut jongler avec les taux de change !

Trouvez votre crédit immobilier au Luxembourg avec atHomeFinance

Taux d’intérêt et protection du consommateur

L’autorisation d’emprunter au Luxembourg étant donnée, reste à savoir si cela s’avère intéressant, et particulièrement dans le cadre d’un prêt immobilier. Comme en France, les banques luxembourgeoises proposent des crédits à des taux fixes ou variables ; cependant, au Luxembourg ce sont les taux variables qui sont les plus couramment choisis. D’autres éléments doivent être pris en considération, comme les pénalités en cas de remboursement anticipé, la question de l’assurance emprunteur ou encore la protection de l’emprunteur. À ce sujet, il faut d’ailleurs savoir que le délai dit Scrivener (11 jours entre l’acceptation du prêt et l’accès aux sommes empruntées) s’applique au Luxembourg comme partout ailleurs en Europe.

Emprunt et solvabilité

Et comme partout ailleurs toujours, les banques luxembourgeoises s’inquiètent bien entendu de la solvabilité de leurs emprunteurs. Contrairement à une idée reçue (ou certaines publicités virtuelles), il n’est pas si simple de faire un crédit au Luxembourg lorsque l’on est interdit bancaire (inscrit au Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP)) en France ou fiché à la Banque nationale de Belgique. Les établissements financiers vont donc demander des garanties et l’affaire pourra se compliquer s’ils réclament une domiciliation des revenus. Cela est évidemment possible mais entraîne des démarches supplémentaires, notamment auprès de l’administration fiscale.