Seniors : comment financer un bien immobilier ?
4.9 (97.89%) 19 votes

Devenir propriétaire n’est pas uniquement réservé aux jeunes actifs. Même si vous êtes proche de la retraite, vous pouvez encore vous porter acquéreur d’un bien immobilier et obtenir un prêt hypothécaire.

Le prêt immobilier pour les seniors

Contrairement aux idées reçues, les personnes proches de la retraite voire les jeunes pensionnés, peuvent tout à fait contracter un prêt immobilier. En règle générale, le financement du crédit immobilier est garanti par la pension de retraite.

Si l’âge peut constituer un frein pour certains établissements bancaires, n’hésitez à prendre contact avec un courtier en crédit immobilier. Il pourra vous aider à trouver le bon prêt, dans la bonne banque. Chez atHomeFinance, certains partenaires peuvent aller jusqu’à l’âge maximum de 90 ans.
Demandez conseils à nos experts.

Quelles conditions de prêt pour les seniors ?

Pour obtenir un prêt immobilier quand on a plus de 60 ans, il faut dans la majorité des cas apporter environ 30 % du montant de l’acquisition et les frais liés à la transaction (frais de notaire et d’hypothèque). Une autre possibilité est de donner une garantie réelle, c’est-à-dire une hypothèque sur un autre bien immobilier au Luxembourg.

Quels sont les financements possibles pour les seniors ?

Récemment atHomeFinance a financé une personne de 55 ans pour le rachat de soulte* de sa maison. Un prêt d’une durée de 30 ans lui a été proposé, ce qui lui a permis d’être à l’aise pour ses remboursements mensuels.

Autre exemple de financement mené par atHomeFinance :  un couple proche de la pension désirant faire un investissement d’une résidence secondaire au Portugal. Le courtier a utilisé la marge hypothécaire de leur bien actuel pour financer la maison au Portugal, sans qu’ils se démunissent de toute leur épargne.

Vous avez aussi un projet immobilier ? atHomeFinance vous aide à la financer !

 

*La soulte est un terme juridique désignant une somme d’argent dont doit s’acquitter une personne qui a reçu des biens d’une valeur supérieure à ce qu’elle aurait normalement dû recevoir. Elle vise à compenser le préjudice subi par les autres parties concernées par le partage. La soulte est principalement utilisée en matière de succession (lors du partage successoral), en cas de divorce ou d’échange de biens. Il constitue en quelque sorte une mesure de compensation.