Zoom sur Grevenmacher
5 (100%) 2 votes

Ville historique, Grevenmacher est également un centre commercial qui doit vivre quotidiennement avec l’important flux de frontaliers allemands qui traversent son territoire pour se rendre à Luxembourg-Ville. Proposant les attraits de la ville et les joies de la campagne, la commune mosellane offre à ses habitants et nombreux touristes la possibilité de goûter au « Miseler way of life ».

La ville de Grevenmacher, située à l’est du Grand-Duché, à la frontière allemande, était déjà occupée avant l’époque romaine. Ses terres fertiles, au creux desquelles coule la Moselle, présentaient en effet de nombreux attraits pour ses premiers colons. Aujourd’hui encore, environ 4 900 habitants profitent de cette douceur de vivre, que le bourgmestre de la commune, Léon Gloden, qualifie volontiers de « Miseler way of life ». « La population s’est stabilisée ces dernières années, explique-t-il. Mais elle devrait remonter cette année puisque de nombreux projets de construction sont en cours. Toutefois, il faut être réaliste : Grevenmacher est enclavée entre les vignobles, d’un côté, et la Moselle, de l’autre. Il s’agit aussi d’une ville dans laquelle on ne peut pas faire n’importe quoi, car de nombreux bâtiments sont classés. On peut donc espérer augmenter la population jusqu’à environ 5 500 habitants, mais pas au-delà. »

Des logements pour 350 habitants supplémentaires

Parmi ces projets en cours, on compte deux réalisations situées dans le centre de la ville et menées par le Fonds du Logement, pour l’un, et par la Société Nationale des Habitations à Bon Marché, pour l’autre. « Ces projets permettront de loger 100 habitants de plus, poursuit Léon Gloden. Un parking souterrain sera également prévu sous le projet de la SNHBM, ce qui permettra d’augmenter les capacités de stationnement dans la ville, aujourd’hui assez réduites. »

Autre projet de logement qui devrait finalement aboutir après des décennies de tergiversations : le Projet d’Aménagement Particulier « Unter Dem Pietert », en discussion depuis les années 60. Un nouveau quartier résidentiel sera construit sur une surface brute de 3,72 hectares, située en face de l’écluse de Grevenmacher. 106 logements mixtes y verront le jour (maisons unifamiliales, maisons pour isolés, maisons jumelées, mitoyennes, etc.) et permettront de loger environ 250 personnes.

Enfin, le visage de Grevenmacher pourrait également devenir un peu plus vert au cours des prochaines années, puisque le nouveau PAG devrait être voté en juin et mettra l’accent, entre autres, sur les toitures végétales.

15.000 à 20 000 frontaliers par jour

Grevenmacher dispose en outre d’un tissu commercial et industriel relativement important. De nombreux commerces de détail sont situés dans le centre de la ville, tandis que les bureaux et activités commerciales ou industrielles de plus grande envergure sont implantés dans le zoning du Potaschbierg. « Nous souhaitons vraiment que le centre de la Ville reste consacré au commerce de détail. C’est pourquoi nous n’autorisons pas ce genre d’activités dans le zoning. Il faut savoir que la demande en surfaces de bureaux est très importante ici. Étant donné que nous sommes situés à la frontière, de nombreuses sociétés allemandes implantées à Luxembourg et employant quasi exclusivement des frontaliers voudraient s’implanter ici pour leur éviter les bouchons quotidiens », précise le bourgmestre.

Cette proximité entraîne également son lot de problèmes de mobilité. « 15 à 20 000 frontaliers allemands traversent Grevenmacher chaque jour, explique Léon Gloden. Ils n’ont pas d’autre choix que de passer le pont qui traverse la Moselle et de traverser le centre avant de rejoindre l’autoroute vers Luxembourg. C’est évidemment quelque chose de délicat à gérer au niveau communal. » Des initiatives ont même été prises pour réduire cet important flux de véhicules, notamment la construction d’un « park and ride » côté luxembourgeois. « Les Allemands devraient toutefois faire de même de leur côté pour que les choses s’améliorent réellement », estime le bourgmestre. Un Flexibus et un Ruffbus donnent également des alternatives de mobilité en transports en commun.

Les avantages de la ville, le calme de la campagne

Si Grevenmacher partage avec n’importe quelle ville ses problèmes de mobilité, elle dispose aussi des avantages d’une structure urbaine, à commencer par une belle offre sportive, complétée par le nouveau hall construit tout dernièrement et un club house bientôt construit pour le club de football. On compte dans la commune une piste d’athlétisme, des terrains de tennis et une piscine à laquelle vont venir s’ajouter deux toboggans parallèles. De nombreux médecins sont également présents et un centre médical est en voie de construction. « Je me suis beaucoup battu pour ce projet, indique Léon Gloden, qui est également député depuis 2009. Il y a même une chance que ce centre médical intègre une IRM, ce qui serait une très bonne nouvelle pour la région. » La culture sera également gâtée dans les prochains mois puisqu’un nouveau centre culturel devrait être construit.

Tout ceci renforce l’attrait touristique de Grevenmacher, déjà bien poussé par son statut de ville viticole, où l’on trouve notamment les caves de Bernard-Massard et les Domaines Vinsmoselle et où a lieu chaque année la Fête du Raisin et du Vin, qui attire 20 000 personnes. Un nouveau quai a été construit le long de la Moselle pour l’embarquement de passagers, et l’offre de logements touristiques s’est étoffée, notamment avec un très joli camping et différentes maisons de vacances. Avec tous ces projets, le « Miseler way of life » risque donc d’attirer autant les nouveaux habitants que les touristes venus du monde entier !